kosmo restructuration d’un immeuble de bureaux
Neuilly-Sur-Seine

BIM 2 : Projet développé en processus collaboratif BIM

HQE™ Excellent
BREEAM Excellent

MAÎTRISE D'OUVRAGE
ALTAREA COGEDIM

MAÎTRISE D'OEUVRE
Maîtrise d’œuvre : Ateliers 2/3/4/
Equipe : Laure Mériaud et Simon Rodriguez-Pagès, associé.es
Sungrok Kwon, chargé de projet (études et chantier), Gabriel Garcia (APD, DCE), Edouard Marpillat (APD), Marion Thibault (chantier), Camille Worms (chantier)

BET phase études
HQE : Green Affair
Electicité : GESYS
Fluides : CCI
Structure : TERRELL
Economie : CEE
Acoustique : AVEL
Façade : CEEF

Maîtrise d’œuvre d’exécution : Sfica
Entreprise : PETIT

PROGRAMME
Restructuration d'un ancien immeuble de bureaux comprenant :
1 immeuble IGH
1 immeuble Code du travail
499 places de parking

SURFACE
26 000 m² SDP

CALENDRIER
Livraison : fin 2018

COUT DES TRAVAUX
61 M€ HT

Perspectives : Artefactory - 2/3/4/ - Golem Image

Image0ubaf (Custom)

Image3 (Custom)

Imageklepierre (Custom)

Imageklepierre (Custom)


Avant restructuration


schemas-planscoupes (Custom)





La qualité exceptionnelle du site, le long de l’axe historique, qui du Louvre mène à la Défense, nous a conduit à considérer que la rénovation du 192 avenue Charles de Gaulle à Neuilly ne peut se cantonner à un simple lifting, ou à une nouvelle parure, aussi élégante soit-elle.
Il faut qu’émerge, en ce lieu, un édifice « iconique » exceptionnel, radical, qui fasse sens.
D’un bâtiment monolithe, nous avons souhaité l’ouvrir le rendre perméable, le donner à voir comme l’expression d’un bâtiment tertiaire de notre époque dont les espaces de travail correspondent aux nouveaux modes de vie. Nous avons dès lors redéfini la morphologie de l’édifice comme support d’un univers de terrasses/jardins qui d’une part annonce la spécificité du Neuilly « ville verte » et d’autre part offre à ses utilisateurs une qualité de vie de type campus.
C’est à partir de ces considérations que nous pourrons prétendre avoir créé une vraie valeur : valeur locative, valeur d’usage, valeur architecturale.
Pour cela nous avons procédé à deux manipulations dictées par le mot d’ordre suivant : MOINS = PLUS

– Moins d’épaisseur pour plus de lumière
– Moins d’opacité pour plus de transparence, plus de vues
– Moins de répétition pour plus de diversité

La première transformation a consisté à creuser le bâtiment bas dit « UBAF », ce qui a permis de gagner les qualités suivantes :

– l’étage courant passe de 26 m d’épaisseur à 18 m.
– le premier niveau de sous-sol peut être éclairé naturellement par un ensemble de patios/cours anglaises.
– un passage public peut être proposé à rez-de-chaussée qui rend le cœur d’îlot accessible aux riverains et clarifie les accès.

La seconde opération est issue d’une fragmentation horizontale du bâtiment haut dit « KLEPIERRE », qui fait sens pour les raisons suivantes :

– le bâtiment se subdivise volumétriquement en quatre sous-ensembles de hauteur variable, donnant à lire l’édifice comme une association de parties où l’unité vient de la complémentarité des sous-ensembles.
– De grandes terrasses font leur apparition. Une forme de domesticité est introduite, l’immeuble s’humanise grâce aux allées et venues qui vont habiter les terrasses.
– les encorbellements nécessaires pour les jeux de glissement vont agrandir les plateaux et permettre de récupérer la surface démolie dans le bâtiment UBAF.
– les encorbellements vont permettre de supprimer les anciennes allèges et ainsi d’augmenter le ch
amp visuel des bureaux sur la Seine.