Etude urbaine, LA LAGUNE COMME PATRIMOINE
songon, Côte d’ivoire

MAÎTRISE D'OUVRAGE
Mairie de Songon

MAÎTRISE D’ŒUVRE
Architecte : Ateliers 2/3/4/
Simon Rodriguez-Pagès, architecte, associé
Florian Luneau, directeur de projets
Thibaud Bronchart, Enzo Fruytier, assistants de projet

PARTENAIRES
ACA (Architecture Consultants et Associés)
Strategy SA (Conseil en stratégie et développement)
Franck Boutté Consultants (HQE)
Alphaville (Programmiste)

PROGRAMME
Plan de développement urbain de la ville de Songon pour 200 000 habitants dans le cadre du Grand Abidjan

SURFACES
Sur une étendue de 2500 hectares sont proposés, le développement d’une ville avec ses programmes clés : habitations, activités, équipements publics, parcs, réseaux viaires...

CALENDRIER
Etudes : 2016
Cette recherche a été exposée au sein du Pavillon Ivoirien, du 28 mai au 27 novembre 2016, lors de la 15eme édition de la Biennale d’Architecture de Venise : Report from the Front.

 

plus d'info

Cette recherche préfigure la mise en œuvre d’un schéma directeur quant à la création d’une ville nouvelle dans la périphérie d’Abidjan.
Pour faire face à l’urgence de la demande et formaliser les termes d’une approche théorique un partenariat a été établi avec l’école d’architecture de Paris-Val de Seine et avec des spécialistes du développement urbain.
La carte présentée ici, propose une première visualisation du développement de la future ville établie à partir de cinq modes opératoires associés à une lecture attentive des spécificités territoriales et des organisations socio-culturelles de la Côte d’Ivoire, notamment au travers d’une démarche de co-construction, associant les habitants au développement de leur propre territoire.

masterplan

999_songon_perspective-hd_2-custom

1 / LE SENS DU TERRITOIRE
La ville se construit autour des éléments de nature qui la parcourent : chemin d’eau, reliefs, couloirs de vents, continuités végétales. Respecter cet héritage, c’est chercher la base d’une trame pérenne pour le futur.
A SONGON, la ville établit un pas de recul par rapport à la rive de la lagune pour la préserver. De larges colonnes paysagères, constituent des traverses à usages multiples qui à la fois orientent, structurent l’hydraulique de la ville et contribuent à l’installation de cultures vivrières en son sein.
INT_repertoire-2017.indd

2 / L’IDENTITE
Une ville devient reconnaissable à partir des facteurs communs qu’elle répète. Le quartier organisé autour d’un édifice cultuel, d’une école, d’un marché, est la « brique » qui en se multipliant sera à même de fabriquer l’unité supérieure qu’est la ville.

Les briques reproduisent la morphologie villageoise initiale comme « type » pour la constitution de la cité de SONGON. Chacune d’entre elles se dessine à partir d’une rue fédérant son intériorité et tourne sa périphérie vers la ville :
Activités, commerces et logements collectifs en rive des briques, sur les avenues au contact des axes majeurs – Equipements de quartier, en connexion avec les colonnes paysagères – Equipements et activités de proximité au cœur de chaque brique.

3 / LES AXES MAJEURS
Les grands réseaux, avenues, boulevards, esplanades, sont les supports des grands équipements et maintiennent la lisibilité de la ville. Outre les questions de flux, ils déterminent des continuités, la forme de la ville, sa tenue et son évolutivité.

A SONGON deux types de parkways sont installés qui maillent la ville : d’Est en Ouest, ils relient les extensions des villages existants et établissent une connexion avec le Grand Abidjan, du Nord au Sud ils établissent une liaison majeure entre chaque village existant et son extension.

INT_repertoire-2017.indd

4 / LES FRANGES ET LIMITES
Penser la ville en termes de points terminaux ou de surface nécessite de définir les justes limites que ce soit, des unités résidentielles, du quartier, des polarités ou des espaces en réserves.

Pour SONGON, à l’échelle du quartier, cette juste mesure sera liée à la spécificité de la nouvelle forme d’habitat que sont les « gated communities ». Plutôt que de les nier, leur enceinte est considérée comme une donnée dont le tissu urbain doit tirer parti.

5 / LES LIEUX DE MEDIATIONS
Rues et Places sont les deux archétypes des lieux de médiations qui composent l’espace public. C’est par eux que se développe un urbanisme de rencontre susceptible de tisser des liens entre les ordres du voisinage, du quartier, de la cité, du territoire.

A SONGON en plus des rues et places traditionnelles, chaque extension de village selon son rapport à la lagune se voit investit d’un programme collectif majeur : Au nord, l’université, à l’Est la cité administrative, à l’ouest la cité des affaires, au Sud le centre culturel.

INT_repertoire-2017.indd

Songon, la lagune comme héritage

Songon, un territoire