Gare Massy-Opéra, Ligne 18 métro Grand Paris Express

BIM 2 : Projet développé en processus collaboratif BIM

MAITRISE D’OUVRAGE
Société du Grand Paris (SGP)

MAITRISE D’ŒUVRE
Architecte : Ateliers 2/3/4/ (Eric Puzenat)
Offre finale: Anne-Lise Verlyck / Hadrien De Beauvais
3 nouveaux scenarii et AVPA : + Hélène Arligui / Marco Gonella
AVP-B : Anne-Lise Verlyck / Marion Busson / Claire Albertini
PC / PRO-A : Anne-Lise Verlyck / Claire Albertini

Groupement de maîtrise d’œuvre Icare
Ingerop – Artelia - Arcadis - Ateliers 2/3/4/ - Feichtinger architectes - Richez et associés - Vezzoni et associés - Jean François Schmit - Atelier Novembre- Benthem Crouwel Architects

PROGRAMME
Maîtrise d'œuvre de la gare souterraine Massy-Opéra, la ligne 18 (ligne verte) du Grand Paris Express (GPE)

Surface
7 950 m² / 18 000 voyageurs

CALENDRIER
Livraison : 2027

perspectives : Ateliers 2/3/4/










La gare de Massy-Opéra compose avec l’architecture hétéroclite du quartier. Situé à proximité de l’Opéra, le bâtiment évoque un monolithe de pierre tel un volume extrait d’une carrière. Ses différents pans taillés à angle vif mettent en valeur les façades vitrées et les transparences recherchées entre le hall voyageurs et la ville.
Le bâtiment est paré de pierre du Hainaut de teinte gris bleuté. La surtoiture traitée avec le même matériau permet d’unifier les façades et la toiture, afin de renforcer l’esprit monolithique recherché.
Le parcours du voyageur est mis au centre du projet architectural. Lorsqu’il pénètre dans le hall, l’atmosphère minérale laisse place à une ambiance plus chaleureuse et feutrée, avec l’utilisation de l’inox coloré de teinte cuivré. Tout au long du parcours, depuis le hall jusqu’aux quais, ce matériau permet de faire un écho aux instruments de musique de la famille des cuivres, utilisés à l’opéra.
Le parcours des voyageurs est une succession de paliers reliés par des escaliers mécaniques situés dans le puits de descente. Les percées visuelles entre tous les niveaux permettent de mettre en relation visuelle les quais situés à -21 m et le ciel, dans une optique de lien entre l’espace public et les trains.